La politique à l’échelon local se résume encore trop souvent à l’alternance de phases très politiques en période électorale suivies de longues phases de gestion locale dépourvue de toute dimension idéologique. Un contre-sens dans la mesure où toutes les études confirment que la perception de l’action locale reste en partie influencée par des considérations partisanes. Autant le savoir pour ne pas se tromper de priorités et de communication.

I. Les facteurs de vote à caractère politique et non politique

La perception de l’élu et de sa relation avec les administrés

1. L’image du maire

2. La participation des habitants

La perception de l’action municipale

3. Les priorités locales

4. L’évolution générale de la ville

Le poids du contexte et des habitudes de vote

5. La possibilité d’un vote sanction à l’échelon local : abstention ou FN

6. La persistance d’un vote de classe

II. Quelle stratégie de deuxième partie de mandat ?

Anticiper les futures échéances

1. Présidentielles et législatives

2. Le rôle du Front

Opter pour une communication institutionnelle et politique

3. La valorisation des priorités

4. Le projet de ville

Cultiver la proximité

5. La gestion des problèmes quotidiens et l’image du maire

6. La gestion de la participation des habitants